23-Un allié

Elanne connaissait bien le sourire cruel d’Agnès. Elle avait pris l’habitude de croiser le regard moqueur de la jeune femme chaque matin. Elle était la fille la plus populaire du campus et savait utiliser son influence. Ne l’avait-elle pas vue de nombreuses fois murmurer des ordres aux oreilles de ses sujets pour se trouver quelques minutes plus tard  victime de leurs petits tours.

La jeune femme était toujours accompagnée de Lucas. S’il ne participait pas aux mauvaises blagues d’Agnès, il ne les arrêtait pas pour autant. Il était un bouclier silencieux et n’hésitait pas à écarter violemment ceux qui avaient une attitude impropre envers la jeune Tomberois.

Au grand étonnement d’Elanne , il ne se trouvait pas à ses côtés aujourd’hui. Il devait sans doute les observer de quelque part. Mais cela avait bien peu d’importance face à l’obstacle qui venait d’apparaître.

Elanne recula d’un pas d’abord , puis d’un autre. Mais, Agnès et ses acolytes ne bougeaient pas. Ils semblaient attendre quelque chose.

Quand Elanne se mit à courir , Agnès se tourna vers ses équipiers et leur dit : « Attrapez là. »

Les deux garçons commencèrent alors la chasse.

Elanne s’enfonça dans la forêt, elle slalomait entre les arbres pour les éviter, mais les pas se rapprochaient d’elle.  

Elle se retourna pour voir où se trouvaient ses poursuivants, elle ne vit pas la racine et tomba lourdement au sol.

Elle se releva, mais grimaça de douleur en posant le pied au sol. Elle s’était tordu la cheville.

Sa course se changea en marche forcée , lente et pénible.

Elle ne fut pas surprise quand une main se saisit de son poignet. Elle se retourna pour se trouver face à Lucas.

Le jeune homme la poussa alors contre un arbre

Elanne tenta de se débattre, en vain.

Elle entendit alors les voix de ceux qui la pourchassaient. Ils allaient l’attraper et elle aurait du mal à s’enfuir avec cette entorse.

« Lâche-moi ! » voulut-elle crier mais la main de Lucas vint se poser contre sa bouche pour la faire taire.

Elle lui jeta un regard indigné.

Mais il fit comme s’il n’avait rien vu.  

Il posa un doigt contre ses lèvres pour lui faire signe de rester silencieuse. Elanne hocha la tête à contrecœur, mais frappa brutalement son tibia.

Le jeune homme resserra sa main sur son poignet, mais ne bougea pas.

Ce ne fut que quand les voix se furent éloignées d’eux , qu’il la relâcha.

Elanne l’écarta d’elle et se massa doucement les poignets.

« Pourquoi m’avoir aidé ? Je croyais qu’Agnès était ton amie.» murmura-t-elle

Quand la réponse ne vint pas, Elanne ressentit une pointe d’énervement et ouvrit la bouche pour parler à nouveau. Mais elle était seule. Lucas avait disparu sans dire un mot.

Elanne soupira, avant de reprendre sa course.

Elle détestait avoir des dettes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s