Deux amants

Le verre venait à peine d’être ramassé, mais déjà les cris résonnaient dans l’immeuble d’en face. Une dispute était suivie d’une autre et comme une maladie contagieuse, ce tourbillon se répandait aux autres étages. Mais quelle était cette folie qui allait des rires aux larmes ? Nul ne semblait pouvoir l’expliquer. Une lumière s’éteignait , une autre se rallumait. Le spectacle se répétait sans fin et sans sens. Je m’étais assise au balcon pour admirer cet échantillon de vie, d’amour , de passion, de haine , d’incompréhension où l’agonie pouvait durer de quelques secondes à de nombreuses années. Je me posai alors cette question.

Pourquoi ?

Pourquoi ressentir de l’envie devant cette cacophonie sans nom ?

Pourtant la solitude pesait plus lourdement.

Mon regard se posa alors sur un homme seul à son balcon. Il observait également ce jeu de cris et de larmes. Il soupira avec mélancolie. Je croisai son regard. Il croisa le mien.

Nos deux lumières venaient de s’allumer, mais nous ne le savions pas encore.

Une pensée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s