Le champ de blé

Il n’y avait jamais que nous deux. Elle , moi , moi , toi. Nos vies s’entremêlaient comme nos mains dans ce champ de blé. Un doux matin nous nous étions rencontrés au milieu des brins dorés. Nous ne nous sommes plus jamais quittés. Chaque année, nous revenions voir le vent donner vie aux brindilles et je riais. Je riais de te voir mâcher une brindille, comme du tabac à chiquer. Tu aimais t’amuser à mimer de grands personnages et je restais là à te regarder me faire rire aux larmes. Cet inoubliable nuage doré était notre petit nid , notre cachette , notre souvenir d’une amourette qui au fil du temps avait perdu ses dernières syllabes pour devenir notre histoire. Aujourd’hui , je me prélasse comme toujours , à l’ombre des fils d’or , et tu te tiens à côté de moi, mais au lieu de tenir ta main, je tiens cette boîte métallique qui renferme tes sourires , tes baisers , et tes yeux qui m’avaient tant charmé. Quand j’ouvre le couvercle et répand cette poudre cendrée, je me demande si ce jour est notre dernier souvenir. Mais je sais que je reviendrai un jour, moi aussi m’endormir dans ce champ de blé qui nous a vu grandir et nous aimer.

Une pensée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s