13- La colocataire

L’allée était déserte. On n’entendait que le bruit des valises roulant sur les pavés.

Elanne regrettait désormais d’avoir emporté autant de chaussures. Le bâtiment administratif lui parut tout aussi éloigné après cinq minutes de marche.

« Une, deux , une, deux , levez les jambes plus haut que ça ! »

Des élèves vêtus de leur tenues de sport s’approchaient d’elle en courant.

Ils la dépassèrent sans lui adresser le moindre regard, comme si elle était invisible. Mais elle eut l’étrange sensation qu’une main glacée venait de se poser sur son épaule.

Quand enfin elle eut atteint l’Administration, elle se présenta à l’accueil.

« Le secrétariat est au dernier étage. » lui dit-on

Elle ne trouva aucun ascenseur, et quand elle voulut demander si elle pouvait laisser ses bagages à l’accueil, elle constata qu’elle était seule.

Elanne entreprit donc l’ascension des quatre étages, ses valises à la main.

Lorsqu’elle eut enfin atteint le dernier étage, elle posa son fardeau lourdement sur le sol.

 Elle s’arrêta devant la plaque intitulée « secrétariat » puis frappa.

« Entrez ! »

La pièce étaient composée de deux bureaux, à chacun d’eux se trouvait un homme.

« Tu t’en occupes » dit celui qui se trouvait sur le bureau de gauche

« C’est toujours moi qui le fais. Pourquoi ne pas changer ?» dit l’autre

« Parce que je suis l’aîné. »

En effet les deux hommes étaient des jumeaux dont la seule différence n’était pas leurs habits ou leur coiffure , mais bien leur bureau.

Celui de droite était couvert de plantes et de fleurs, tandis que l’autre était plus sombre, la couleur noire ayant été privilégiée.

« Un jour, tu ne pourras plus te servir de cette excuse. Mademoiselle Bertrame je présume. Prenez une chaise, je vais chercher votre emploi du temps. » dit-il avant de disparaître dans une autre pièce.

Elanne parcourait du regard le reste de la pièce. Elle semblait avoir été coupée en deux. Même les étagères avaient subi cette division. Du côté gauche de la pièce, les dossiers étaient organisés par ordre alphabétique, tandis qu’à droite ils étaient ficelés les uns aux autres. Seule la couleur de la corde qui les attachait semblait donner un semblant de sens au rangement.

Quand il se rassit, l’homme tenait à la main un papier et un trousseau de clés.

« Voici votre emploi du temps. Il n’est que provisoire. Comme vous avez fait le choix de prendre le parcours réservé aux futurs gardiens, des cours ont été ajoutés. Malheureusement ce parcours séduit beaucoup mais très peu sont ceux qui durent un semestre entier. Les étudiants les moins prometteurs ont été écartés du cursus depuis le mois de septembre. Avec votre arrivée en novembre, vous serez entourée des élèves les plus prometteurs. Vos professeurs attendront de vous que vous puissiez les suivre sinon je crains que vous ne finissiez avec les autres étudiants plus…médiocres »

Elanne prit l’emploi du temps, et masqua son étonnement en voyant le nombre d’heures de cours. Certaines journées s’achevaient à minuit.

« Je vous remets également les clés de votre dortoir et de la bibliothèque. Les élèves suivant votre parcours ont accès à la bibliothèque et aux installations sportives, je vous prie de ne pas abuser de ces privilèges. Ces clés me seront immédiatement rendues si vos professeurs décident de vous exclure du cursus. Vous trouverez dans votre dortoir, votre uniforme ainsi que votre tenue de sport. Le port de l’uniforme est obligatoire en dehors des dortoirs sauf si un privilège vous a été accordé. Maintenant suivez-moi, je vais vous montrer votre dortoir. »

Les dortoirs réservés aux filles ne se trouvaient heureusement pas très loin de l’administration.

Un bloc de pierre pourvut de fenêtres et de balcons avait remplacé la brique ancienne. Ils montèrent au deuxième étage, quand ils eurent atteint la chambre 203, le secrétaire retourna à ses occupations mais pas sans lui murmurer « bonne chance » en partant.

« Ils sont vraiment très aimables dans cette école » marmonna Elanne

Sans attendre davantage, elle entra dans la chambre. Elle n’avait rien d’exceptionnel. Une large fenêtre séparait les deux côtés de la chambre. Chacun d’eux était muni d’un bureau, d’un lit et d’une armoire.

Des livres étaient éparpillés sur ce qui devait être son côté de la chambre. Sa colocataire avait certainement pensé qu’elle resterait seule.

Celle-ci n’étant pas présente, elle devrait ranger elle-même ce désordre. Elle prit un livre et par curiosité lu le titre « Portrait du Tueur de la lune double ».

« Sur qui suis-je tombée ? » murmura-t-elle quand elle se rendit compte que tous les autres livres traitaient du même thème.

Elle commença à ressentir de l’appréhension quant à la nature de sa partenaire de chambre. Elle était bien sûr consciente que l’Académie était un repaire de criminels, mais devait-elle avoir pour colocataire une future tueuse en série. Elle s’imaginait être réveillée en pleine nuit par la lueur d’un couteau quand la porte s’ouvrit sur une jeune fille avec des cheveux frisées et des lunettes tentant tant bien que mal de porter une pile d’ouvrages.

Elle avança vers son bureau déjà chargé et déposa les livres. Elle paru pensive, jusqu’à ce qu’elle se rende compte qu’elle n’était plus seule.

« Oh mon dieu ! » cria-t-elle en portant la main à son cœur

Non…elle n’était certainement pas un tueur en série ou un futur assassin. Si c’était le cas, peut-être devrait-elle lui conseiller un changement de carrière.

« Tu es ma nouvelle colocataire. » dit finalement la jeune fille

« Oui , je suis l’Eclaireur Elanne Bertrame. »

En entendant son nom de Guetteur, sa nouvelle colocataire écarquilla les yeux. 

« Un Eclaireur, ici ? Comment est-ce possible ? »

Elanne ne trouva pas de dédain dans le ton de sa voix mais plutôt de la curiosité et de l’émerveillement.

« Ah excuse moi, je ne me suis pas présentée, Haven des Tomberois. Je n’ai jamais vu personne n’appartenant pas à l’une des cinq familles à l’Académie. »

La Branche principale des guetteurs était composée de cinq grandes familles, les Ombredeau, les Tomberois, Les Poussegant, les Tinterang et  Les Troublevue. Chacune avait un représentant qui siégeait au Conseil.

« Mon père faisait partie de la Branche principale. »

« Faisait ? Oh je suis encore trop curieuse, je m’excuse. Mon grand père me dit toujours que je serais plus à ma place comme un Eclaireur que comme une Tomberois. » dit Haven, qui semblait revivre un mauvais souvenir.

« Ce n’est pas bien grave, je n’ai pas beaucoup d’informations sur le côté paternel de la famille. »

Son père était en effet resté muet, et elle n’avait pas voulu insister davantage.

« Dans quel programme t’es-tu inscrite ? » demanda Haven

« Celui des gardiens. »

La jeune femme écarquilla les yeux comme si elle était horrifiée d’entendre cette nouvelle.

« Elanne , tu dois vite aller en cours ! » s’exclama-t-elle

« Mais je viens d’arriver. »

« Non ! Non , tu ne comprends pas , c’est l’une de leurs règles , un gardien ne se repose jamais, si tu n’y va pas maintenant je ne suis pas sûre que tu pourras continuer. Durant le premier semestre, les professeurs éliminent les mauvaises herbes. Tu dois y aller. »

Prise de panique Elanne regarda son emploi du temps. Quelques minutes plus tard elle refermait bruyamment la porte et se précipitait à son premier cours.

2 pensées

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s