11- Le départ

« Redis-moi encore pourquoi je dois passer le reste de mes plus belles années sans toi à mes côtés. »

Elanne regardait les gens aller et venir dans la rue Tissoise. Un couple se tenait par la main, des enfants jouaient sur le trottoir , et ce café qu’elle tenait à la main était délicieux et ne risquait pas d’entraîner une punition.

Sa mère avait été moins stricte sur sa consommation en caféine depuis le test. Elle se sentait coupable d’avoir trompé son unique fille et si elle voulait se faire pardonner, Elanne n’allait pas l’en dissuader.

Elle gémit quand le liquide atteint ses papilles.

« J’ai découvert, une triste vérité. Je suis placée en deuxième position dans ton cœur. » dit Aya

« Le café gagne toujours, Aya, toujours. Mais je peux t’accorder quelques minutes. »

« Quelle générosité ! »

« Comme je te l’ai dit déjà une dizaine de fois. Un oncle éloigné m’a légué une petite somme d’argent. Mais je ne peux y toucher que si je passe mes dernières années de scolarité dans son ancienne école. Malheureusement, c’est une école privée avec un internat et je ne pourrai rentrer à la maison que le week-end, si et seulement si mes résultats sont satisfaisants. »

« C’est ce que je ne comprends pas. Pourquoi ne pourrais-tu pas rentrer tous les week-ends ? »

« C’est une école basée sur le mérite. Les sorties du week-end font partie des récompenses. »

Aya frissonna en entendants ces mots.

« Ecole privée, sorties sur mérite , il ne manque plus que l’uniforme. Elanne es-tu sûre que ce soit une bonne idée. Tu n’es pas du genre à suivre les règles. »

Elanne sentant l’inquiétude de son amie prit ses mains dans les siennes.

« J’ai regardé leur programme. Je suis absolument certaine que je m’y plairai. Cette école m’ouvrira de nombreuses portes. Sois heureuse pour moi. » répondit Elanne en faisant mine de supplier son amie.

« Promets-moi une chose alors. »

« Quoi ? »

« Si cette école ne te plais pas, si tu ne t’y sens pas à ta place, promets moi que tu reviendras à Raimond. »

« Je te le promets. Mais ça n’arrivera pas. Cette école est vraiment hors du commun. »

Le jour J, une voiture noire s’arrêta devant l’épicerie Bertrame. C’est à moitié endormie qu’Elanne donna ses valises au chauffeur.

Elle pouvait lire l’inquiétude sur le visage de ses parents.

« N’oublie pas que même si les guetteurs dirigent l’Académie , cela ne veut pas dire que tu n’y trouveras aucun ennemi. Reste sur tes gardes. »

« Je sais papa, Je serai prudente. »

Ses parents la prirent dans leur bras une dernière fois, puis elle monta dans la voiture.

Elle fut surprise de voir que les vitres étaient teintées. Elle ne pourrait ainsi jamais révéler l’emplacement exact de l’Académie.

Quand la portière se referma, elle comprit que sa vie allait bientôt changer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s