7-Rien

Rien, ce fut sa première pensée quand elle ouvrit les yeux. Elle ne voyait rien.

Sa respiration s’accéléra. On l’avait enlevée. Elle n’avait aucune idée du lieu où on l’avait emmené. Elle ne savait pas qui l’avait kidnappée ni pourquoi.

À cet instant, un souvenir lui revint en mémoire. Elle avait cinq ans et son grand-père venait de mourir. Elle se souvenait très peu de lui, mais le jour de son enterrement était resté gravé dans sa mémoire. Elle était une petite fille pleine d’énergie, et avait des difficultés à rester assise. Alors que sa mère recevait des messages de compassion, Elanne s’était éclipsé et avait couru à toute vitesse dans le cimetière. Les tombes avaient défilé durant plusieurs minutes jusqu’à ce que la jeune fille s’arrête épuisée d’avoir dépensé tant d’énergie.

Quand elle décida de retourner aux côtés de sa mère, elle se rendit vite compte qu’elle était perdue.

Elle essaya de retrouver son chemin, mais sembla se perdre davantage, et bientôt la lumière du soleil laissa place à l’obscurité. Pour elle la moindre tombe était devenue un monstre tentant de l’enlever, un géant , un vampire, une femme défigurée. Aveuglée par ses larmes, elle percuta quelque chose violemment. Quand cette chose bougea, elle hurla.

Elle se débattait contre des mains inhumaines en vain.

« Pourquoi pleures-tu ? Est-ce que je suis si affreux ? »

C’était une voix humaine. En entendant cela, la petite fille s’essuya les yeux vigoureusement et tenta de masquer ses peurs.

Déjà à cet âge, elle ne voulait pas paraître faible et rencontra sans hésitation le regard du jeune garçon. Il devait avoir deux ou trois ans de plus qu’elle, mais paraissait parfaitement à son aise dans le cimetière.

« Qui es-tu ? » demanda-t-elle d’un ton un peu trop brusque.

Le jeune garçon sourit et lui répondit :

« Je suis un fantôme. »

« Les fantômes n’existent pas, rétorqua-t-elle »

« Alors je suis un zombie. »

« Ils n’existent pas non plus, est-ce que tu me prends pour une idiote. J’ai déjà cinq ans, tu sais. »

Le rire qui s’ensuivit chassa la peur et avant qu’elle ne s’en rende compte, elle riait également.

Il ne lui avait pas dit son nom, mais l’aida à retrouver sa mère qui se trouvait seulement à quelques mètres de là.

Elle n’oublierait jamais ce qu’il avait dit ce jour-là « Si tu te perds à nouveau , rappelle-toi qu’il y aura toujours un signe pour t’aider, même si tu as l’impression qu’il n’existe pas. Trouve-le, quoi qu’il t’en coute. »

Sa respiration se calma lentement. Puis elle se concentra.

Sa tête était couverte. Elle était assise sur le sol. Il était humide. Ses mains étaient attachées derrière son dos. Des gouttes d’eau tombant à terre…et quoi d’autre…des bruits de pas, certainement ses ravisseurs, puis finalement le son de navire entrant au port.

 Elle se trouvait dans un entrepôt.

« Est-ce que la gamine est réveillée ? »

L’homme semblait contrarié.

« Non pas encore. Il lui a donné la dose maximale de paralysant », se plaignit une autre voix masculine.

« Elle a du sang de guetteur dans les veines , il a pris les précautions qu’il fallait» dit-il en soupirant. Il n’était pas quelqu’un de très patient

« Tu as appelé ses parents ? »

« Oui, sa pauvre mère avait l’air si paniquée. Je lui ai donné une heure pour nous livrer les noms des gardiens ou sa petite devra apprendre à nager en étant accrochée à une ancre. »

Non…si sa mère livrait les noms des gardiens, l’organisation la tuerait, et si elle ne le faisait pas…

Elle allait devoir s’échapper par ses propres moyens et il ne lui restait qu’une heure pour le faire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s